Mes Lectures

Magnifique «Heure bleue » d’Isabelle Simler

Saviez-vous qu’il existait dans la nature autant de couleurs que sur un nuancier? Qu’on pouvait trouver des animaux quasi féeriques aux couleurs improbables ?Dans « Heure bleue », publié aux Editions Courtes et Longues, Isabelle Simler nous fait découvrir les plus beaux bleus grâce à son tracé fin, détaillé et réaliste.

Dans cet autre article, je vous avais déjà parlé du terme « d’heure bleue » que j’avais découvert grâce au livre de Ghislaine Herbera. Il s’agit de ce moment où le jour se change en nuit et où la nature devient très bavarde si on sait l’écouter.

Au fil des pages, on rencontre le renard bleu mais aussi les grenouilles azurées, les pintades vulturines, la couleuvre agile ou les morphos bleus: un imagier original et sans failles!

Et autant d’animaux qui ne faisaitent pas partie de ma base de données!

En bref, je conseille ce livre à tous les amoureux de la nature, qu’ils soient tout-petits ou plus grands, fans de documentaires animaliers ou totalement novices, champêtres ou citadins.

Comme d’habitude, voici le livre en entier pour vous faire votre propre idée:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes Lectures

« Les petits amis de la nuit » d’Ilya Green

Je vous propose aujourd’hui une jolie lecture pour accompagner le coucher des petits. 88AC5698-CB58-435E-B1B4-A3C2A1A1D56FAvec cet album cartonné, Ilya Green nous emmène au moment de l’endormissement, dans un voyage où l’imaginaire vogue entre rêve et réalité.

Enfants déguisés en animaux, animaux déguisés ou non…ça jongle, ça défile, ça joue du tambour, ça vole sur un bateau de papier dans les étoiles…en bref, un gros délire rigolo qui se termine par un bel endormissement collectif!

Les tout-petits aimeront:

• les illustrations colorées qui ressortent bien sur fond noir

• le subtil jeu de textures (motifs brillants sur fond mat, légers reliefs)

• le thème de l’endormissement, pas souvent abordé finalement

Mon avis:

Les illustrations d’Ilya Green sont, comme toujours, de toute beauté, réalistes et colorées. Elles sont d’autant plus mises en valeur par ce fond noir qui représente la nuit.

D’ailleurs, le Lutin a tout de suite aimé ce livre (alors qu’il était moins sensible à ceux sur fond blanc qu’on avait déjà empruntés).

J’ai trouvé le thème vraiment intéressant car le thème du coucher n’est pas abordé de façon classique: pas de parents, pas de séparation ou de « bonne nuit », pas de rituel du coucher. L’enfant est seul et serein dans cet endormissement qui passe par une phase d’excitation et de décharge (la fête, le spectacle) avant de passer à la phase de calme. A l’image de l’endormissement de beaucoup d’enfants.

En bref, un livre idéal à partager avant de se séparer pour une nuit pleine de rêves colorés.

Comme d’habitude, retrouvez l’intégralité de l’album en diaporama:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

*******************

C’était ma participation pour le rendez-vous hebdomadaire « Chut les enfants lisent », proposé par Yolina du blog Devine qui vient bloguer

Mes Lectures

« Mon pull » d’Audrey Poussier

Comment passer à côté d’Audrey Poussier en littérature pour enfants?

Dans cet album publié en 2006 aux Editions L’école des Loisirs, on retrouve avec plaisir le lapin rose, héros récurrent chez l’autrice-illustratrice, et toute sa bande de copains!Dans cette histoire, le lapin se plaint de son pull mais il ne tarde pas à voir que ce petit vêtement plaît bien à ses amis! L’une peut en faire un robe, l’autre un petit haut, et pourquoi pas un chapeau ou une culotte pendant qu’on y est?

Tous ces essayages font bien rire la petite bande mais pas le lapin qui réalise que finalement, il lui plaît bien SON pull!

Les tout-petits aimeront:

• les personnages anonymes: des animaux colorés unis sur fond blanc qui permettent aux petits comme aux plus grands de s’identifier facilement

• le texte et toutes ses interjections qui imitent les rires (pfff!, hahaha! Hohoho! Hihihi!)

• retrouver les personnages dans d’autres albums tout aussi drôles

Comme d’habitude, l’album au complet dans ce diaporama:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon avis:

Quand j’ai lu cet album au Lutin (11 mois), il ne semblait pas accrocher avec les images (expérience identique avec « Une Farce »). J’ai continué à lire en essayant de faire vivre les dialogues, en changeant ma voix en fonction des personnages et en m’appliquant sur les différents rires (grande particularité des albums de cette collection où les rires des personnages ont une vraie place!). Du coup, il s’est pris au jeu et en redemande!

AC1E4474-D95D-4BBE-9DFF-A34AAA729BACCertes, l’album n’est pas forcément facile à lire la première fois, même si le texte est très simple, mais en se lâchant un peu, tout le monde peut y arriver.

Quant à l’histoire, il s’agit simplement d’une tranche de vie d’un groupe de jeunes amis, comme on pourrait le voir en crèche ou à l’école.

Posséder, emprunter, prêter, donner…ou finalement pas!

Ça glousse, ça rigole, ça se moque un peu…mais dans la bonne humeur!

On aime, on en reprend, on en offre et on en choisit d’autres dans le même esprit (« La piscine », « J’ai pas dit partez! », « Au lit tout le monde » ou encore « Une Farce »).

Pour ceux qui me suivent sur Instagram @lecturesetreveries , j’ai posté la lecture à voix haute en story, comme promis il y a quelques temps. Merci pour votre indulgence!

*******************

C’était ma participation pour le rendez-vous hebdomadaire « Chut les enfants lisent », proposé par Yolina du blog Devine qui vient bloguer

Mes Lectures

« Un peu perdu » de Chris Haughton

Chris Haughton, auteur et illustrateur, est abonné aux best sellers pour tous petits. Vous connaissez peut-être « oh non Georges! » ou encore « Chut, on a un plan » (que je n’ai pas encore testés avec le Lutin, mais que j’ai vu très très bien fonctionner en crèche), également publiés aux Editions Thierry Magnier.

« Un peu perdu » raconte l’histoire d’un bébé chouette tombé de son nid, qui va partir à la recherche de sa maman avec l’aide d’un écureuil.

Les descriptions de Bébé Chouette les mène vers d’autres animaux de la forêt, tous aussi surpris les uns que les autres, d’être pris pour une chouette!Heureusement, la grenouille a entendu parler d’une maman Chouette qui cherchait son bébé partout!

Les retrouvailles arrivent vite et tout le monde est invité à venir manger des biscuits pour fêter ça…jusqu’à ce que… »oh-oh!… ».

Comme d’habitude, je vous mets l’album complet dans ce diaporama:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon avis:

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’album n’aborde pas les thèmes des accidents domestiques, de la sécurisation des espaces, de la négligence parentale, des enfants qui suivent des inconnus, ni celui des adultes qui invitent des inconnus chez eux.

Par contre, les angoisses de séparation seront évoquées avec humour grâce au sympathique écureuil qui ne s’y connaît pas trop en chouettes!

Je n’ai pas tout de suite aimé les illustrations dont les contours semblent pixellisés, contrairement au Lutin qui a tout de suite accroché (quand il n’aime pas les dessins, on n’a même pas le temps de lire une phrase qu’il repousse le livre).

Par contre, j’ai tout de suite aimé le rythme du texte et les détails qui peuvent passer d’abord inaperçus (à chaque page où le bébé Chouette et l’Ecureuil recherchent maman Chouette, seul le lecteur voit son ombre au loin chercher aussi – par exemple ici sous l’arbre à gauche). Les enfants peuvent donc s’amuser à rechercher la maman avant que les retrouvailles aient lieu.

Les tout-petits aimeront:

• la répétition des phrases de l’écureuil qui donnent un rythme et une mélodie à l’histoire

• les drôles erreurs de l’écureuil (un ours, un lapin puis une grenouille!)

• l’anticipation des retrouvailles grâce à la silhouette de la maman Chouette à chaque proposition de l’écureuil

• les retrouvailles de Bébé Chouette et de sa Maman suivies du goûter dans le nid

En résumé, un album très drôle à lire avec ses boutchous pour dédramatiser les séparations du quotidien!

*******************

C’était ma participation pour le rendez-vous hebdomadaire « Chut les enfants lisent », proposé par Yolina du blog Devine qui vient bloguer

Mes Lectures

Coup de coeur pour « Abris » d’Emmanuelle Houdart

Aujourd’hui, je vous propose de (re)découvrir la très talentueuse Emmanuelle Houdart grâce au superbe album « Abris » publié aux Editions Les Fourmis Rouges.

Dans cet album très grand format (24,8cmx34,8cm), Emmanuelle Houdart nous montre les différents abris que l’on peut rencontrer au cours de sa vie.

Du ventre-cocon de sa maman en passant par le berceau protecteur, la cabane de jeu, la famille, la lecture, les bras d’une mère, d’un papa ou d’un papi pour découvrir le monde et la nature, les croyances personnelles, la chambre d’ado, les bras d’un(e) amoureux(se), les soirées entre copains et même un bain chaud et une tasse de thé….bref tout se qui peut nous ressourcer y est!

On pourrait même s’en inspirer pour se trouver des moments à soi pour se requinquer!

Les plus petits aimeront:

• les illustrations réalistes dans le trait mais farfelues dans la composition par moments

• les sublimes couleurs

• la mélodie du texte avec la répétition des débuts de phrases « un abri… »

• le format géant à manipuler avec un adulte en mode câlin

• les petits détails à découvrir différemment avec le temps qui passe

Mon avis:

Dire que ce livre s’adresse à un public d’enfants serait extrêmement réducteur.

Par expérience, je peux vous affirmer que les enfants, même très jeunes, sont très sensibles aux illustrations d’Emmanuelle Houdart (le Lutin est un fan absolu depuis ses 2 mois). Ils observent les couleurs, les détails, les motifs, et en redemandent!

Beaucoup d’adultes sont d’abord dérangés par l’originalité ou le côté étrange de certains dessins, souvent sans trop savoir pourquoi mais ils changent souvent d’avis après une première lecture (par exemple, moi, je tique encore sur l’énorme escargot collé au dos du papi sur la dernière page…)

Très rapidement, ils découvrent les nombreux clins d’oeil à des thèmes universels que les tout-petits ne repéreront pas avant plusieurs années!

Par exemple, la page ci-dessus est extrêmement riche en références: Simone Veil, Batman, Spiderman, Goldorak, Fifi Brin d’Acier, Bouddha, Jésus, Marie, un Pokemon?, le Père Noël, et même Barbapapa et Stromae…autant de personnages réels ou fictifs différents symbolisant la protection.

En voyant cette page, on peut réaliser que la musique, les croyances religieuses, l’évasion dans les fictions télévisuelles avec les héros de séries ou les super-héros, tout comme la musique, peuvent constituer un refuge ou une aide pour traverser une étape difficile.

J’ai beaucoup aimé aussi la page avec l’adolescente, mélangeant les symboles liés à l’enfance, les symboles un peu sombres et les objets importants du quotidien (casque, skateboard, baskets).

Je pourrai encore vous parler de cette page ou chaque membre d’une famille cherche à dépasser une difficulté ou un questionnement grâce à la lecture (l’adolescente et le corps humain, le petit frère et les peurs, la mère qui se renseigne sur le moustique Chikungunya et le père sur les soins – et je viens seulement de voir qu’il portait un bébé dans ses bras).

Bref, vous aurez compris que par ici, on adore ce livre à consommer et à offrir sans modération!

Une chose est sûre, il ne laissera pas indifférent…

Comme d’habitude, je mets le diaporama complet pour que vous vous fassiez votre propre avis:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

*******************

C’était ma participation pour le rendez-vous hebdomadaire « Chut les enfants lisent », proposé par Yolina du blog Devine qui vient bloguer

Mes Lectures

Coup de coeur pour « Tu ressembles à quoi? » de Judith Gueyfier

J’étais obligée de revenir rapidement par ici pour vous parler de ce superbe album, trouvé cette année au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse!

« Tu ressembles à quoi? » est un petit album cartonné et carré, publié aux Editions Rue du Monde.

Je suis tout de suite tombée sous le charme des magnifiques illustrations colorées et du thème de la différence, abordé tout en finesse.

Sur chaque double page, 2 personnes différentes sont illustrées (différences d’âge, de couleur de peau, de culture, de sexe, de poids, de style, d’humeur…). En bref, un beau panel pour enrichir le vocabulaire de nos enfants et les ouvrir à la diversité du monde!

Comme d’habitude, voici le diaporama pour vous faire votre propre idée:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les tout-petits aimeront:

• les couleurs utilisées

• les personnages réalistes et plus beaux les uns que les autres

• le texte court

• les pages cartonnées et le petit format pour manipuler à souhait

Mon avis:

Judith Gueyfier écrit et dessine, certes, mais elle participe également à de jolis projets comme des siestes musicales en crèche ou maternelle, des ateliers de peinture pour les jeunes migrants isolés, des lectures dessinées pour les Droits de l’Enfant, etc…etc…(si j’ai piqué votre curiosité, rendez-vous sur son blog où vous pourrez en apprendre davantage).

Cet album est donc emprunt de ses belles valeurs, militant sans en avoir l’air pour la tolérance et particulièrement adapté aux tout-petits.

L’ambiance qui se dégage de ses illustrations peintes nous donne envie d’y retourner encore et encore. D’ailleurs, le Lutin en est ultra fan depuis le tout début et le réclame plusieurs fois de suite.

Un magnifique cadeau à avoir dans sa bibliothèque, que ce soit à la maison ou en crèche collective!

Mes Lectures

« Les mains de papa » d’Emile Jadoul

Si vous me suivez sur Instagram @lecturesetreveries vous avez pu voir que j’étais plutôt active du côté dessin ces derniers temps. Et le Lutin occupe la majorité de mon temps.

Du coup, les chroniques lectures se sont un peu égarées…

Je remédie à ça aujourd’hui avec un classique de L’Ecole des Loisirs qui met les papas à l’honneur!

Dans ce tendre album cartonné, Emile Jadoul (auteur et illustrateur) décrit la relation d’un père et son fils grâce à des petites phrases et des onomatopées, de la grossesse à la marche.

Les tout-petits aimeront:

• les charmantes illustrations à la peinture à l’huile de l’auteur

• les onomatopées rigolottes du quotidien qui rythment le livre (hop! Guiliguili! Flic flac! Youhouu!)

• la présence du papa et de la maman

Comme d’habitude, le diaporama complet

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon avis:

Les situations illustrées sont simples et très courantes (même si elles ne sont évidemment pas spécifiques à la relation père/enfant).

Mains qui touchent le ventre de la femme enceinte pour communiquer avec le bébé, mains qui bercent le bébé, qui balancent, qui portent en écharpe ou dans l’eau, mains qui aident à monter les marches, à descendre du toboggan, à faire ses premiers pas….

Alors OK, ce papa aide trop et intervient beaucoup dans la motricité de son enfant. Il n’est pas branché Montessori ni Loczy. La Motricité Libre? Connaît pas!

Et surtout, ne prenez pas le portage en écharpe comme modèle ou vous risquez de retrouver bébé tête en bas, voire tête par terre!

Mais en dehors de ça, vous pouvez offrir ce classique les yeux fermés!

Un papa bien présent, qui fait rire, apaise son petit garçon et a de chouettes interactions avec sa femme?

On oublie la Motricité Libre (qui fera d’ailleurs l’objet d’un prochain post) et on fonce!

Pour finir, je vous laisse avec cette courte mais intéressante interview d’Emile Jadoul trouvée sur YouTube:

https://m.youtube.com/watch?v=LlrtCOZ-KxA

Et pour lire la chronique lecture précédente: Les p’tits noms

Mes Lectures

Lecture du jour: « Les p’tits noms » de S.Delacroix

Donnez-vous des surnoms à vos enfants? Aux enfants que vous accompagnez en tant que professionnel? Sont-ils adaptés? Bizarres? Drôles? Y avez-vous seulement pensé? Leur plaisent-ils? Les comprennent-ils?

Aujourd’hui je vous propose d’y réfléchir avec l’album « Les p’tits noms » de Sibylle Delacroix, publié chez Bayard Editions.

Dans cet album, une mère s’adresse à son enfant et lui explique tous les petits noms d’animaux qu’elle lui donne en fonction de son comportement.

Les tout-petits aimeront:

• manipuler le petit livre cartonné

• les illustrations épurées sur fond uni

• reconnaître les animaux

• reconnaître les surnoms donnés par leur entourage

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De leur côté, les plus grands réaliseront peut-être que les tout-petits imaginent ce qu’ils entendent, au pied de la lettre.

Alors quand on les surnomme koala, crocodile ou lapinou, cela passe encore (même si on peut se demander quel sens cela prend pour eux). Mais en 10 ans de travail en crèche, j’en ai entendu des plus étranges.

Ma crotte? Ma paupiette? Cela peut sembler drôle mais à bien y réfléchir, le tout-petit est-il en capacité de comprendre cet humour de grands?

Quel que soit notre avis sur le sujet, cet album plein de mignonneries et sa dernière page pleine de tendresse, aura peut-être le mérite de nous questionner un peu!

Mes Lectures

Lecture du jour: «Ma cabane de feuilles »

Aujourd’hui, nous abordons en douceur le thème de la nature et du partage, grâce à l’album « Ma cabane de feuilles » publié par l’Ecole des Loisirs.

La jolie mais triste histoire de cet album, est que l’auteur, Kiyoshi Soya, a écrit le texte juste avant d’être emporté par la maladie. Sa femme, Akiko Ayashi a donc décidé de l’illustrer par la suite.

Dans cette histoire, la petite Aya se fait surprendre par la pluie dans le jardin. Mais pas de panique, il y a tout un tas de feuillages pour s’abriter.

Très rapidement, les petites bestioles du jardin (scarabée, papillon, mante religieuse, coccinelle…) pointent le bout de leur nez.

Heureusement, Aya ne craint pas les petites bêtes et les invite même à venir la rejoindre dans sa cachette secrète.

Et quand la pluie s’arrête enfin, Aya renvoie gentillement ses compagnons de fortune vers leurs mamans!

Le diaporama complet du livre:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les tout-petits aimeront:

• les superbes illustrations d’Akiko Ayashi

• l’apparition des animaux au fil des pages

• l’histoire, simple et concrète

• s’identifier à la courageuse et généreuse petite Aya

Mon avis:

Ce court album cartonné de 12 pages est simple et doux. Il nous permet d’aborder le thème de la nature (grâce à l’astucieuse cabane de feuilles et de tous les petits animaux qui effraient bien souvent à tort les grandes personnes).

Et puis, comment ne pas craquer devant la frimousse de la petite Aya et ses multiples expressions?

L’éditeur conseille l’album à partir de 3 ans mais je pense qu’on peut tout à fait l’aborder avant. Beaucoup de jeunes enfants aiment les dessins détaillés. Ils ne seront pas déçus avec les illustrations faites à la plume et aux crayons de couleur!

Et pour ceux qui souhaitent retrouver la petite Aya ou aborder le thème des fratries, courrez voir « Aya et sa petite soeur » et « Aya et son grand frère », également publiés par L’Ecole des Loisirs.

Mes Lectures

3 livres d’automne pour découvrir les richesses de la nature

Aujourd’hui, nous partons à la découverte de 3 albums très différents, qui évoquent la nature, l’automne et le changement de saison.

Un tapis de feuilles de Jason Fulford et Tamara Shopsin, publié aux éditions Phaidon.

Cet album m’a sérieusement fait de l’oeil car il ne ressemblait à aucun autre. Du coup, j’avais envie que le Lutin puisse se dire « chouette! Ça peut aussi être ça un livre! ».

Pas de texte ni d’histoire à proprement parler, pour ce joli album aux couleurs d’automne, seulement une citation des auteurs:

Les pages de l’album sont en plastique transparent et sur chacune d’elles, des feuilles d’arbre colorées se superposent, laissant apparaître puis disparaître des petits animaux ou des objets du quotidien. C’est comme si on soulevait nous mêmes ces feuilles d’automne, une à une, pour découvrir les secrets qui s’y cachent: des fourmis, une limace, un petit ver, un gant, des clefs…

La dernière double page ressemble à un imagier qui reprend toutes les feuilles, animaux et objets de l’album en les nommant..

Les images du livre seront plus parlantes:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bref: Une idée très originale pour apprendre à aimer la nature, grâce à un subtil jeu de cache-cache que les petits adoreront! Et pourquoi ne pas laisser courir son imagination pour trouver qui a oublié son gant ou de quelles clefs il s’agit?

Il était un arbre d’Emilie Vast, publié aux éditions MeMo (à qui l’on doit le bel album L’heure bleue, chroniqué par ici).

A travers les rencontres animalières d’un arbre, nous parcourons le fil des saisons. Peu de mots, peu de couleurs et beaucoup de détails sur des illustrations fines et douces: juste ce qu’il faut pour captiver l’attention d’un tout-petit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bref: Un texte épuré pour un style poétique, sur ce format d’albul atypique. Les plus petits comme les plus grands se laisseront tenter par l’aventure.

Maintenant que tu sais d’Anne Crausaz, publié également aux éditions MeMo, nous raconte l’histoire de l’Amanite (qui est en fait une Amanite Muscaria – on y reviendra).

Ce champignon vénéneux est, certes, très dangereux pour les êtres humains mais son destin est bien plus compliqué que cela.

Si sa mauvaise réputation est justifiée, qu’en est-il de son utilité dans l’écosystème?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bref: Avec ses illustrations colorées et adorables, Anne Crausaz nous donne envie de bisouter et de câliner ce charmant petit champignon solitaire et nous fait indirectement penser à ne pas se fier aux apparences!

Une fable écologique dans album original qui intéressera les plus de 3 ans (beaucoup de pages et de texte).

Pour la petite histoire, l’Amanite comporte en réalité de nombreuses espèces de champignons dont certaines sont comestibles! La variété Muscaria, celle de l’album, est la plus répandue. Elle est rarement mortelle mais très hallucinogène.

*******************

C’était ma participation pour le rendez-vous hebdomadaire « Chut les enfants lisent », proposé par Yolanda du blog Devine qui vient bloguer