Bla bla·petite enfance

Lire à son bébé pendant la grossesse?

Quelle idée étrange de penser à lire à un bébé pas encore né! Et pourtant…

Comme je vous l’avais expliqué dans « A partir de quand peut-on lire aux bébés? », on estime que le bébé entend les sons entre le 5ème et 7ème mois de grossesse (Article médical très clair ici).

Il reconnait principalement la voix de ses parents (surtout celle de sa mère), ce qui fait de cette période un moment idéal pour partager un moment de lecture et en faire un rituel.L’histoire racontée à haute voix deviendra vite une mélodie familière et rassurante, bien avant que le bébé ne comprenne les mots eux-mêmes.

J’ai moi-même pu faire l’expérience dès mon 7ème mois de grossesse.

J’ai choisi un livre qui a été un coup de coeur, tant au niveau du texte que des illustrations (2 petites mains et 2 petits pieds que je vous présente ici).

J’avoue que les premières fois ont été un peu étranges.

Tout d’abord, en tant qu’adulte, nous avons souvent perdu l’habitude de lire à voix haute, de trouver la bonne tonalité. Alors il faut parfois s’entraîner avant d’être à l’aise.

Ensuite, lire pour quelqu’un qui n’est pas encore face à nous peut sembler inutile voire bizarre.

Pourtant, en répétant cette lecture de jour en jour en attendant bébé, je me suis sentie de plus en plus à l’aise. Et le plus étonnant, c’est que bébé s’est mis à réagir en donnant des coups, à chaque fois que je lisais lors du dernier mois.

Après sa naissance, à partir de 15 jours, j’ai commencé à lui lire « papa dort » et « regarde dans le ciel » . Il observait les couleurs, me regardait lire. Il avait l’air d’apprécier.

Et quand je lui ai lu « 2 petites mains » pour la première fois, à l’âge d’un mois, il a écarquillé les yeux et s’est immobilisé, absorbant toutes mes paroles jusqu’à la fin, sans me lâcher du regard.

A partir de la deuxième fois, il regardait les images.

Et cet album, pourtant long, l’a passionné pendant des mois. Il le réclame encore beaucoup.Aujourd’hui, on un petit lutin de 13 mois super concentré devant les livres qu’on lui lit, observant autant les dessins que les lignes d’écriture. Il sourit à certains moments, tourne les pages, fronce les sourcils devant certaines illustrations.

Il choisit même ses livres en faisant non de la tête quand ça ne lui plait pas ou quand il a un autre livre en tête. Il reconnaît tous les titres de sa grande bibliothèque.

Je ne saurai jamais si ce sont mes lectures pendant la grossesse qui ont donné le top départ de son plaisir des livres.

Ce qui est certain, c’est que cette expérience m’a permis de me connecter encore plus fort à lui, d’apprendre à lui parler comme à une vraie personne et surtout à créer des moments de complicité rien qu’à nous.Quelques conseils:

• choisissez 1 ou 2 livres faciles à lire, dont les images et le texte vous plaisent vraiment (pour moi, c’était 2 petites mains et 2 petits pieds dont je vous parle ici).

• lisez le livre à haute voix plusieurs fois par semaine, si possible pendant un temps d’éveil

• lancez-vous!

Si vous parlez de cette expérience autour de vous, vous risquez d’avoir 2-3 sourires ou des haussements de sourcils.

Pas de panique! Vous n’avez pas à convaincre qui que ce soit: vous le faites pour vous et votre bébé…

Ces mêmes personnes risquent d’être surprises quand elles verront votre tout petit apprécier la lecture à un âge qu’elles n’imaginaient pas.

Et n’hésitez pas à revenir par ici pour raconter votre expérience!

Bla bla·petite enfance

6 jeux pour survivre en vacances avec un bébé d’1 an

Quand on part en vacances avec un bébé, on doit penser à tout: des couches aux 1ers repas, du doudou, de la tétine, en passant par différents vêtements au cas où il fait chaud-froid-humide-pluie-canicule, la poussette et/ou le porte-bébé…

En bref, on est chargé comme des mulets, et on doit encore penser à occuper bébé dans l’avion/le train/le car/la voiture/le bord de la piscine/la chambre/le restaurant!

Le tout sans se charger trop…mission difficile, d’autant que par ici, on a décidé de faire sans écran avant 3 ans donc pas question de mettre un film, un jeu ou des épisodes de l’âne trotro.

Le constat de base: un bébé d’1 an aime manipuler, mettre à la bouche, il peut commencer à encastrer, empiler, il observe, essaye tout un tas d’objets et notamment ceux du quotidien.

Je vous propose donc nos 6 indispensables à mettre dans des pochettes séparées.

Ils ont fait leurs preuves pour nos dernières vacances en famille avec un Lutin d’un an tout juste.

1) Des cubes ou gobelets gigogne

Ils ne prennent pas de place et ça sert de contenant, ça s’empile, s’encastre et sur ceux là, il y a de petits animaux gravés, ce qui permet de laisser place à l’imagination !

2) Des couvercles et bouchons de différentes tailles

Cela permet de manipuler, d’empiler, de mettre les uns dans les autres, de tester les sons produits avec – bref, les bouchons sont des objets très très riches et faciles à récupérer

3) Des bouchons en liège et des moules en siliconeCela permet de manipuler, d’empiler, de remplir, vider…

4) Des animaux ou objets en plastique Ceux là flottent et aspirent l’eau pour arroser donc on peut les amener dans le bain, dans la piscine, accompagner le cri des animaux, chanter des comptines, etc…

5) La pochette à bazar

On y a mis des objets du quotidien qui vont susciter l’imitation et la manipulation (bracelet en silicone, mini-fouet, gobelet, cuillère, brosse à dents, petit chapeau en tricot, brosse à cheveux, corde avec des noeuds…).

6) Et bien sûr, des livres

Pour le rituel du coucher, pour un petit plaisir lecture en journée ou dans l’avion. On en a choisi des fins et souples pour que ça prenne le moins de place possible.

********************

Et vous quels sont vos indipensables?

DIY

Et ramener la plage à Paris…

Et si on se faisait une petite bouteille sensorielle pour ne pas oublier la plage normande?

Quelques galets pour dessiner, divers coquillages, des petits cailloux et un bâton sinueux, le tout ramassé au cours des balades hivernales…

Ajoutez un peu de sable dans une bouteille vide de petit format…et bébé n’a plus qu’à secouer pour observer les effets du vent sur sa mini-plage!

Et on n’oublie pas de sceller le bouchon à la colle.

Retrouvez d’autres bouteilles sensorielles en cliquant ici.

Bla bla·petite enfance

Le choix de la motricité libre à la maison

Quand on travaille en crèche et qu’on devient maman, on se demande forcément ce qu’on va pouvoir appliquer à la maison.

Par ici, on a choisi de proposer au Lutin un environnement propice à favoriser la motricité libre…sans toutefois devenir rigide sur le principe.

Le concept de Motricité Libre repose sur l’idée que le petit être humain est programmé génétiquement pour acquérir la marche en passant par des étapes successives connues et à son propre rythme (voir les dessins ci dessous)

Emmi Pikler Développement Motricité LibreEn pratique, on installe le bébé sur un tapis assez ferme, sur le dos, les pieds nus de préférence, et on dispose des jouets autour de lui (sans en mettre trop) pour le stimuler. ET C’EST TOUT!

L’envie d’observer, d’atteindre, d’être actif du boutchou fera le reste.

En théorie, tout ce qui entrave la liberté de mouvement de l’enfant est à bannir : OUT le transat (bébé coincé sur le dos ou en position assise trop précocement), OUT le parc (bébé en prison qui ne peut pas partir à la découverte du monde extérieur), et évidemment pas de vêtements trop serrés.

En pratique, cela signifie qu’on ne met pas un enfant dans une position qu’il n’a pas encore trouvé tout seul (on ne l’assoit pas calé avec des coussins, on ne le fait pas marcher en le tenant par les bras, on ne le pose pas sur un camion trotteur,…). On ne l’aide pas non plus à démarrer ou à finir ses mouvements.

Bon, dans la vraie vie, les maisons ne sont pas des crèches et les parents ne sont pas des professionnels de l’enfance. Donc on fait ce qu’on peut!

Et si on ne respecte pas tous les principes de la motricité libre, ce n’est pas grave, pas de pression. On essaie de faire avec logique et on n’essaie pas d’appliquer tout ce qu’on a vu dans un livre comme une doctrine (et des livres prônant telle ou telle théorie comme étant la meilleure, il y en a un paquet en ce moment!).

Et chez nous, pour le Lutin, on fait comment?

On alterne entre le transat/chaise haute à hauteur de chaise adulte (chien de 45kg qui veut faire des léchouilles oblige), le tapis d’éveil avec objets qui pendent à hauteur de main quand le Lutin ne se déplaçait pas, la position allongée sur le canapé près de nous et bien sûr beaucoup de portage.

Plus récemment, nous avons investi dans un parc pliant assez grand pour les moments où on ne peut pas être disponible au sol avec lui (le Lutin de 9 mois rampe partout à une vitesse folle, en quête de prises, de fils électriques ou des moustaches du chien…). Et le tout en chaussettes, parceque la canicule est loin derrière nous!

Et on estime que le Lutin n’est pas entravé, d’autant qu’il sait très bien nous communiquer lorsqu’il se sent bien ou pas.

Nous avons aussi choisi un meuble qui permet de ranger les jouets à hauteur de sol, de même qu’une bibliothèque basse. Cela lui permet d’être autonome dans ses choix et il s’en saisit vraiment!

Au risque d’en agacer quelques-uns, je voulais finir cet article par une Ode au bon sens et à l’instinct…

Oui les enfants n’ont pas tous le même rythme et on se doit d’être patient, de les laisser faire, de les encourager sans intervenir.

MAIS…

Contrairement à ce qu’on peut penser, le développement de la motricité n’influence pas seulement la marche, l’équilibre ou le fait de se sentir bien dans son corps. On sait par exemple que les apprentissages, et notamment celui de l’écriture sera fortement influencé par le développement moteur.

Si vous sentez que votre enfant est en difficulté, s’il saute plusieurs étapes du schéma classique, s’il stagne trop longtemps, si vous trouvez sa motricité peu harmonieuse ou étrange, n’hésitez pas à consulter un psychomotricien pour un avis. Celui-ci pourra pratiquer un bilan (prescrit par votre pédiatre) et voir si quelques séances sont nécessaires.

Pour finir, je vous propose un livre plein de bon sens, écrit par une kiné.

Je m’en sers beaucoup pour la formation continue des professionnels avec qui je travaille en crèche mais également avec les parents qui veulent stimuler leur enfant sans entraver leur développement. Le livre est plein de photos, de dessins et de conseils intelligents et bienveillants. Vous trouverez les 17 premières pages sur le lien.

Mes Lectures

3 livres d’automne pour découvrir les richesses de la nature

Aujourd’hui, nous partons à la découverte de 3 albums très différents, qui évoquent la nature, l’automne et le changement de saison.

Un tapis de feuilles de Jason Fulford et Tamara Shopsin, publié aux éditions Phaidon.

Cet album m’a sérieusement fait de l’oeil car il ne ressemblait à aucun autre. Du coup, j’avais envie que le Lutin puisse se dire « chouette! Ça peut aussi être ça un livre! ».

Pas de texte ni d’histoire à proprement parler, pour ce joli album aux couleurs d’automne, seulement une citation des auteurs:

Les pages de l’album sont en plastique transparent et sur chacune d’elles, des feuilles d’arbre colorées se superposent, laissant apparaître puis disparaître des petits animaux ou des objets du quotidien. C’est comme si on soulevait nous mêmes ces feuilles d’automne, une à une, pour découvrir les secrets qui s’y cachent: des fourmis, une limace, un petit ver, un gant, des clefs…

La dernière double page ressemble à un imagier qui reprend toutes les feuilles, animaux et objets de l’album en les nommant..

Les images du livre seront plus parlantes:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bref: Une idée très originale pour apprendre à aimer la nature, grâce à un subtil jeu de cache-cache que les petits adoreront! Et pourquoi ne pas laisser courir son imagination pour trouver qui a oublié son gant ou de quelles clefs il s’agit?

Il était un arbre d’Emilie Vast, publié aux éditions MeMo (à qui l’on doit le bel album L’heure bleue, chroniqué par ici).

A travers les rencontres animalières d’un arbre, nous parcourons le fil des saisons. Peu de mots, peu de couleurs et beaucoup de détails sur des illustrations fines et douces: juste ce qu’il faut pour captiver l’attention d’un tout-petit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bref: Un texte épuré pour un style poétique, sur ce format d’albul atypique. Les plus petits comme les plus grands se laisseront tenter par l’aventure.

Maintenant que tu sais d’Anne Crausaz, publié également aux éditions MeMo, nous raconte l’histoire de l’Amanite (qui est en fait une Amanite Muscaria – on y reviendra).

Ce champignon vénéneux est, certes, très dangereux pour les êtres humains mais son destin est bien plus compliqué que cela.

Si sa mauvaise réputation est justifiée, qu’en est-il de son utilité dans l’écosystème?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bref: Avec ses illustrations colorées et adorables, Anne Crausaz nous donne envie de bisouter et de câliner ce charmant petit champignon solitaire et nous fait indirectement penser à ne pas se fier aux apparences!

Une fable écologique dans album original qui intéressera les plus de 3 ans (beaucoup de pages et de texte).

Pour la petite histoire, l’Amanite comporte en réalité de nombreuses espèces de champignons dont certaines sont comestibles! La variété Muscaria, celle de l’album, est la plus répandue. Elle est rarement mortelle mais très hallucinogène.

*******************

C’était ma participation pour le rendez-vous hebdomadaire « Chut les enfants lisent », proposé par Yolanda du blog Devine qui vient bloguer

Mes Lectures

Lecture du jour: « C’est un petit livre » de Lane Smith

Aujourd’hui nous partons à la découverte d’un album cartonné publié chez Gallimard Jeunesse: « C’est un petit livre » de Lane Smith.

Dans ce mignon petit album, Petit Ane cherche à comprendre comment utiliser un mystérieux objet: un livre!

Et Petit Ane a beaucoup d’imagination pour détourner le livre de son utilisation principale!

Le mâchouiller ? Le mettre en chapeau ou en bec de canard? Envoyer des emails avec? S’assoir dessus? Téléphoner avec? En faire un toit? S’en servir pour dormir ? Toutes les questions y passent.

Heureusement, son copain singe est là pour lui révéler le secret:

« Ça se lit…c’est un livre, Petit Ane! »

Le diaporama complet, comme d’habitude:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les tout-petits aimeront:

• s’identifier à Petit Ane et Petit Singe avec leurs couches culottes

• le rythme de la lecture, ponctué par la répétition du « non » à chaque question posée

• l’imagination du Petit Ane qui ne parvient pas à trouver la vraie utilisation du livre

• le format carré pas très grand et cartonné, facile à tenir même pour les plus jeunes

Mon avis:

J’ai trouvé ce livre d’une simplicité et d’une intelligence redoutables!

Les personnages sont vraiment craquants. Le petit âne peut sembler naïf au premier abord (ne dit-on pas « bête vomme un âne »?) mais il s’amuse juste à détourner l’objet-livre avec son imagination débordante, comme tous les petits le font naturellement si on les laisse un peu faire (et comme je vous l’expliquais ici, cela fait partie de la découverte).

D’ailleurs, j’ai adoré le joli clin d’oeil sur ce livre emprunté à la bibliothèque: des jolies marques de quenottes!

Le singe, lui, connait l’objet-livre. Ce n’est pas qu’il est plus malin (« comme un singe »), c’est qu’il a déjà appris. Il a déjà eu le temps d’observer ou alors les adultes l’ont déjà briefé.

Un album à lire et à relire, en collectivité comme à la maison, pour transmettre avec humour comment utiliser un livre sans trop l’abîmer.

********************

Étant très prise par les illustrations du Inktober ce mois-ci (visibles sur Instagram @lecturesetreveries pour l’instant), je délaisse un peu le blog. J’ai donc décidé de me donner l’objectif de publier un billet lecture au moins une fois par semaine.

Le rendez-vous « Chut les enfants lisent », proposé de Yolanda du blog Devine qui vient bloguer est parfait pour me motiver.

C’était donc ma participation pour ce rendez-vous des passionnés de Littérature Jeunesse.

Bla bla·Divers·petite enfance

5 règles d’or pour lire aux tout-petits

Avant d’avoir été en formation sur la lecture aux tout-petits, je pensais savoir lire. Mais ça, c’était avant…

J’en suis ressortie avec quelques règles d’or que je m’efforce de conserver avec mon Lutin.

Après les 5 bonnes raisons de lire aux tout-petits, je vous propose donc les 5 règles d’or pour lire aux tout-petits:

1On laisse découvrir l’objet livre à l’enfant, avec le moins de contraintes possibles.

Cela implique de choisir des livres adaptés à l’âge en contenu ET dans le format du livre: le tout-petit doit pouvoir manipuler le livre (attention au poids et à la taille), le goûter pour les plus jeunes (sans les laisser le détruire), tourner les pages dans l’ordre qui lui plait lorsqu’il manipule seul.

Pour résumer, moins on fait du livre un objet sacré, moins les enfants essaieront de l’abîmer ou de l’éviter (trop de contraintes, ça peut effrayer).

2On n’oblige pas l’enfant à rester assis pour écouter l’histoire

Pour nous adultes qui racontons, c’est plus commode d’avoir un enfant immobile, qui fixe le livre et reste pendu à nos lèvres (surtout en collectivité).

Sauf que pour la plupart des enfants de moins de 5 ans, la motricité est un point essentiel, notamment pour gérer les émotions.

En crèche, j’ai vu des enfants grimper tout en haut du toboggan au moment où l’on évoquait le loup. J’en ai vu d’autres aller chercher leur doudou ou leur tétine pour traverser le temps de lecture. D’autres ont besoin de se lever, de bouger, de toucher le livre, de se rapprocher physiquement du lecteur pendant l’histoire ou de s’en éloigner.

Cela ne veut pas dire qu’ils n’écoutent pas ou qu’ils n’aiment pas la lecture, juste qu’ils ont besoin d’en maîtriser quelque chose, à leur manière.

3• On ne transforme pas le moment de lecture en interro surprise ou en explication de texte.

Imaginez-vous en train de lire un livre et qu’une voix commente chaque phrase, vous donne la définition Larousse de différents mots, vous explique comment imaginer ou vous demande sans cesse ce que vous avez compris. Il y a des chances que vous laissiez tomber votre lecture.

Un bon livre raconte une histoire qui a un sens, une mélodie, parfois des rimes.

Quand on lit un album, l’enfant comprend peu à peu que le texte a un rapport avec l’image. Rapidement, il va mémoriser les courtes phrases et voudra même parfois lire seul.

Pour résumer, si on veut vraiment que le tout-petit soit attiré par la lecture, par les histoires et par les textes, il suffit de lire des albums sans parasiter la lecture par nos commentaires.

4On ne change pas le texte.

Un livre est un objet permanent, stable: le texte et les images sont toujours les mêmes. On sait déjà que le tout-petit a besoin de maîtriser son environnement pour le comprendre. Le livre n’échappe pas à la règle.

Les petits ont besoin de maîtriser le texte pour se rassurer. Plus le temps va passer et plus ils aimeront anticiper les phrases, les dire eux-mêmes.

Même si certains mots nous semblent compliqués, il est inutile de les simplifier. Il suffit d’attendre que l’enfant soit en âge de demander ce que cela signifie. Et s’il ne demande rien, c’est qu’il n’est pas encore intéressé. Laissons-le donc avec son propre imaginaire.

L’un des intérêts de la lecture est d’enrichir le vocabulaire, certes. Mais pour un tout-petit, ce sont la tonalité et la sonorité des mots qui vont compter davantage dans un premier temps. Le vocabulaire et la compréhension s’affineront avec le temps. Et si on tient absolument à leur apprendre de nouveaux mots, pourquoi ne pas utiliser plutôt des imagiers thématiques?

5• On ne saute pas de page, et on n’évite pas un livre car l’enfant pleure ou semble avoir peur. Par contre, on doit l’accompagner dans ses angoisses.

J’ai beaucoup vu cela en collectivité et parfois même à la demande des parents « il a très peur du loup en ce moment, arrêtons les histoires de loups » « il mord beaucoup, stoppons les histoires d’animaux avec des grandes dents, qui mordent ou croquent » « elle est triste pendant cette histoire, évitons là ».

Si l’enfant exprime des émotions, c’est que ce livre touche une problématique qui le concerne de près ou de loin et qu’il va la travailler à sa manière, à son rythme.

Laissons donc ces livres à disposition, continuons à les lire en proposant un doudou, une tétine, une lecture sur nos genoux pour rassurer. Et parlons leur de leurs émotions (pourquoi pas avec un livre dont c’est le thème?).

Eviter le livre ou le thème qu’il traite pourrait envoyer le message qu’il y a une raison d’avoir peur, que l’objet livre est dangereux. Au contraire, le livre peut permettre de maîtriser ses peurs (ouvrir et refermer le livre soi-même peut aider par exemple, entendre des histoires où le loup a peur aussi,…). Ou parfois simplement attendre que l’enfant, au fil des lectures, digère ses émotions.

•••••••••••••••

Je sais que la plupart des adultes ne tiennent pas compte de ces règles et ce n’est évidemment pas dramatique. Mais j’ai pris conscience que cela comportait un risque: celui de ne pas associer la lecture au mot plaisir.

Beaucoup de parents et de professionnels que j’ai rencontrés pensaient que les enfants à qui ils lisaient ne s’intéressaient pas aux livres. Sauf qu’ils ne lisaient pas l’histoire. Ils commentaient chaque illustration avec leur propre imaginaire, changeaient les mots à chaque fois, attendaient des enfants qu’ils racontent ce qu’ils avaient compris ou les corrigeaient s’ils avaient imaginé autre chose. Il ne s’agissait donc pas de lecture-plaisir mais plutôt de lecture-apprentissage, avec des attentes, des bonnes et des mauvaises réponses. En écoutant une histoire, l’enfant risquait donc d’être en échec.

La seule chose que je pourrai ajouter pour vous convaincre, c’est simplement d’essayer, juste pour voir! Et croyez-moi, ce n’est pas simple de changer ses habitudes.

••••••••••

Et à la maison, on fait comment?

On fait avec souplesse! Je lis au Lutin en tenant compte de ces règles d’or depuis qu’il a deux semaines. A 7 mois, il est toujours fan de nos moments de lecture qui peuvent durer une demie-heure entière.

Mais je n’impose ces règles à personne d’autre.

Car je vois le Lutin partager des moments de lecture complices avec son papa ou avec ses grands-parents et je me dis qu’il aura différents types de lecteurs autour de lui.

Ce qui est sûr, c’est qu’on lui aura transmis le plaisir de la lecture, chacun à notre manière.

Mes illustrations

Allaiter ? si je veux.

Aujourd’hui une petite aquarelle pour faire un clin d’oeil au compte instagram de @may_loveandcoquelicot

Ça fait plusieurs semaines que j’admire son travail, sa façon de nous parler de féminité, de grossesse, d’allaitement…

J’aime la douceur de ses dessins et la bienveillance qui s’en dégage.

Ce matin, je me suis levée avec une furieuse envie de reproduire et d’adapter l’une de ses créations alors je me suis laissé aller.

Allez faire un tour sur son compte, vous ne serez pas déçus! C’est devenu pour moi un incontournable de mon fil instagram.

Bon dimanche! 😘

Mes Lectures

« Le jour de ta naissance » d’Emma Dodd

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le joli album « Le jour de ta naissance », écrit et illustré par Emma Dodd (publié aux Éditions Albin Michel Jeunesse).

Dans ce livre, nous apprenons comment des parents d’animaux puis humains, on vécu le jour de la naissance de leur bébé.

L’histoire s’adresse directement à l’enfant puisque chaque rencontre avec une nouvelle famille commence par « le jour de ta naissance… ».

A l’aide des éléments extérieurs (le soleil, la neige, le soleil, la brise,…), les parents éléphants puis ours, phoques, chouettes et enfin humains, nous racontent comment leur vie a changé et ce qu’ils ont ressenti.

Tout pourrait se résumer grâce à la dernière double page sur laquelle on retrouve les 5 familles, le regard tourné vers un coucher de soleil à l’horizon: « Le jour de ta naissance, nous avons posé sur le monde un regard nouveau ».

Comme d’habitude, le diaporama complet

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les tout-petits aimeront:

• les douces illustrations d’Emma Dodd

• les couleurs vives et contrastées adaptées à la vue des plus jeunes

• la mélodie du texte et la répétition de la phrase « le jour de ta naissance… », à la manière d’une comptine ou d´une poésie

• l’occasion d’entendre parler de leur histoire

Mon avis:

Cet album plein de tendresse, nous montre bien comment la vie d’une famille est chamboulée à la naissance d’un enfant.

L’auteur évoque d’ailleurs les émotions parfois contradictoires qui peuvent nous traverser: « nous avons ri, nous avons pleuré ».

Je viens de repenser à une maman que j’ai rencontrée dans une crèche où je travaille. Elle ne pouvait pas lire ce livre à son enfant sans être bouleversée, car il racontait la naissance sous un angle trop positif. « Ça c’est quand ça se passe bien mais pour nous, ça ne s’est pas du tout passé comme ça ».

Certes, la vision d’Emma Dodd est un peu idyllique mais pourquoi pas? Il y a des naissances qui se déroulent comme ça, des rêves qui deviennent juste réalité. On aimerait que ce soit le cas pour toutes les naissances.

Mais rien ne nous empêche d’utiliser cet album là pour raconter à l’enfant sa propre histoire, aussi complexe soit-elle.

« Dans le livre, il se passe ça, mais pour toi, c’était un peu différent… »

Pour résumer, ce bel album est un vrai coup de coeur (le Lutin de 6 mois ne s’en lasse pas!). Il fera un parfait cadeau de naissance (au même titre que 2 petites mains et 2 petits pieds). Un livre à lire en mode câlin, pour un beau moment de partage!

••••••••••••••••••••

Et pour lire la chronique lecture précédente sur le thème de la mer: Regarde dans la mer d’Emiri Hayashi