Mes Lectures

Lecture du jour: « C’est un petit livre » de Lane Smith

Aujourd’hui nous partons à la découverte d’un album cartonné publié chez Gallimard Jeunesse: « C’est un petit livre » de Lane Smith.

Dans ce mignon petit album, Petit Ane cherche à comprendre comment utiliser un mystérieux objet: un livre!

Et Petit Ane a beaucoup d’imagination pour détourner le livre de son utilisation principale!

Le mâchouiller ? Le mettre en chapeau ou en bec de canard? Envoyer des emails avec? S’assoir dessus? Téléphoner avec? En faire un toit? S’en servir pour dormir ? Toutes les questions y passent.

Heureusement, son copain singe est là pour lui révéler le secret:

« Ça se lit…c’est un livre, Petit Ane! »

Le diaporama complet, comme d’habitude:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les tout-petits aimeront:

• s’identifier à Petit Ane et Petit Singe avec leurs couches culottes

• le rythme de la lecture, ponctué par la répétition du « non » à chaque question posée

• l’imagination du Petit Ane qui ne parvient pas à trouver la vraie utilisation du livre

• le format carré pas très grand et cartonné, facile à tenir même pour les plus jeunes

Mon avis:

J’ai trouvé ce livre d’une simplicité et d’une intelligence redoutables!

Les personnages sont vraiment craquants. Le petit âne peut sembler naïf au premier abord (ne dit-on pas « bête vomme un âne »?) mais il s’amuse juste à détourner l’objet-livre avec son imagination débordante, comme tous les petits le font naturellement si on les laisse un peu faire (et comme je vous l’expliquais ici, cela fait partie de la découverte).

D’ailleurs, j’ai adoré le joli clin d’oeil sur ce livre emprunté à la bibliothèque: des jolies marques de quenottes!

Le singe, lui, connait l’objet-livre. Ce n’est pas qu’il est plus malin (« comme un singe »), c’est qu’il a déjà appris. Il a déjà eu le temps d’observer ou alors les adultes l’ont déjà briefé.

Un album à lire et à relire, en collectivité comme à la maison, pour transmettre avec humour comment utiliser un livre sans trop l’abîmer.

********************

Étant très prise par les illustrations du Inktober ce mois-ci (visibles sur Instagram @lecturesetreveries pour l’instant), je délaisse un peu le blog. J’ai donc décidé de me donner l’objectif de publier un billet lecture au moins une fois par semaine.

Le rendez-vous « Chut les enfants lisent », proposé de Yolanda du blog Devine qui vient bloguer est parfait pour me motiver.

C’était donc ma participation pour ce rendez-vous des passionnés de Littérature Jeunesse.

Mes Lectures

Coup de coeur pour…L’heure bleue de Ghislaine Herbera

Connaissez-vous l’heure bleue, ce moment entre le jour et la nuit, l’heure où le ciel met sa robe du soir?

Dans ce joli album publié aux Editions MeMo, Ghislaine Herbera évoque ce fameux moment, souvent en début de soirée, où nos tout-petits ont un coup de blues, un gros chagrin, sans que rien de spécial ne se soit passé.

Comme s’il suivait une caméra qui se déplace de gauche à droite, le lecteur découvre la soirée d’une famille à travers des dialogues.

Du papa qui lit un livre à sa fille, en passant par la maman qui bricole, les frères et soeurs qui jouent à la bagarre, font des constructions, cuisinent ou prennent un bain, tout semble normal jusqu’à ce qu’on s’aperçoive que Nomi, le petit dernier, assis sur son tapis, ne va pas très bien…

Chacun arrête alors son activité pour chercher à comprendre ce qui ne va pas.

L’histoire se termine lorsque Nin, l’une des soeurs, annonce avoir percé le mystère!

« C’est l’heure bleue, l’heure du chagrin mystérieux où l’on a seulement besoin d’un gros calin, d’un baiser, d’une caresse pour qu’il disparaisse ».

Nin prend Nomi dans ses bras et celui-ci, se sentant enfin compris, s’endort paisiblement.

Avant de vous donner mon avis, je vous mets le diaporama complet, comme d’habitude.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les tout-petits aimeront:

• les douces illustrations aux crayons de couleurs de Ghislaine Herbera

• la reconnaissance des événements du quotidien (les jeux, le bain, la préparation du repas…)

• la mélodie des questions qui se finissent par des rimes

• l’histoire qui se finit par un gros câlin

Mon avis d’adulte:

L’histoire parle autant aux parents qu’aux enfants.

C’est un vrai album coup de coeur avec des illustrations délicates et originales.

On s’identifie facilement à ces personnages (créations de l’illustratrice ou animaux bizarroïdes – un peu du style de Tchoupi dont je cherche encore le type d’animal).

Le texte peut sembler long pour un tout-petit de moins de 2 ans, mais comme vous le savez déjà, pour moi, les indications d’âge des éditeurs ne sont pas infaillibles. A chacun de voir si son boutchou est réceptif ou non!

J’ai bien aimé le parallèle entre les questions posées par les membres de cette famille pour aider Nomi et les questions que se posent tous les parents quand leur bébé ne va pas bien. Est-ce la faim? La douleur? Le besoin d’être changé ? Celui de jouer?

Et finalement, si c’était simplement le besoin d’être câliné et porté?

Une fresque bienveillante à mettre donc entre toutes les petites mains!

••••••••••••••••••••

Et pour lire la précédente chronique lecture sur le bel album coloré d’Antony Louchard et Katy Couprie : Oh!la vache

Mes Lectures

Lecture du jour: Oh!la vache

On se retrouve aujourd’hui avec un album qui plait beaucoup aux tout-petits: oh! la vache, d’Antonin Louchard et Katy Couprie (aux Editions Thierry Magnier).

Promis, cet album très coloré va vous réveiller!

Les tout-petits aimeront:

• les couleurs flashy et les contrastes, tellement adaptés à la vue des bébés (y compris dès les 1ères semaines).

• les rimes à chaque page qui font sonner le tout comme une poésie ou une comptine

• les pages cartonnées qui permettront aux adultes de laisser le livre à disposition

Mon avis d’adulte:

Un album plein d’humour qui se lit facilement. Je me suis amusée à trouver le bon ton pour lire chaque phrase, ce qui semble étonner le Lutin à chaque fois. Il est d’ailleurs fasciné par toutes ces couleurs incroyables.

Le texte, les illustrations contrastées et le format carré cartonné en font un livre à raconter dès la naissance, même s’il est conseillé « à partir de 2 ans » (d’ailleurs je ne suis jamais d’accord avec les recommandations d’éditeurs…).

Et pour les plus grands, en crèche ou à la maison, pourquoi ne pas s’amuser à rechercher de nouvelles vaches à illustrer?

Vache à plis, je te suis!

Vache à bosses, tu te gausses!

Vache à chapeau, t’es un taureau!

Bon, j’arrête ma folie passagère et vous laisse en compagnie de ce chouette album que je recommande vivement!

Comme d’habitude, le diaporama complet:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous souhaitez lire mes autres chroniques de livres pour enfants, cliquez ICI.

Mes Lectures

Lecture du jour: la boite des papas 1

La boîte des papas est un coffret de 4 petits livres cartonnés: il s’agit de la réédition des célèbres grands formats « Papa dort », « Papa se rase », « Papa est content » et « Papa conduit » d’Alain Le Saux, décédé il y a quelques années.

Les illustrations ont toutes les mêmes codes: un papa qui occupe la quasi totalité de la page et son tout petit garçon – toujours sur fond rouge, sans aucun blanc. On y retrouve toujours les mêmes couleurs (presque uniquement les couleurs primaires).

Comme d’habitude, je vous ai mis les 4 albums complets en diaporama.

Dans « Papa dort », on assiste aux nombreuses activités quotidiennes d’un papa, observé avec attention par son fils. Dans cet album, le papa s’occupe très peu de son fils. Il vit un peu sa vie (mange, fume, dort, lit, court….) sans rien partager.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans « Papa se rase », on découvre un papa qui dort avec une dame (est-ce maman, belle-maman ou autre? Laissons aux petits le soin d’imaginer…), qui joue à la bagarre ou au train avec son fils, qui se fâche, qui se mouche…).

En bref, un papa plus présent! D’ailleurs, le fils est plus souriant que sur l’album précédent!

Petite particularité : tous les verbes sont réfléchis (se raser, se réveiller, se brosser…)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans « Papa est content », on part à la rencontre d’un papa qui a des émotions (jaloux, amoureux, content), qui joue avec son fils (à se faire emprisonner ou bien à cache-cache), qui n’est pas superman (il est fatigué et malade), un papa normal en somme!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans « Papa conduit », on retrouve un papa très actif (il tond, conduit, visse, arrose, filme) mais qui aime aussi sentir les fleurs et peut même pleurer.

Petite mention spéciale à l’illustration du caméscope qui ne parlera qu’aux trentenaires voire plus!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

*****************************************

Les tout-petits aimeront:

• le petit format cartonné solide et facile à manipuler

• les couleurs vives

• la simplicité du texte qui décrit des activités de tous les jours

• la référence au papa et ses multiples facettes

*****************************************

Mon avis d’adulte:

Lorsque j’ai découvert ces petits albums en crèche, j’étais très sceptique. Je n’étais pas fan du tout des illustrations, je trouvais le petit garçon plutôt vilain et j’avais envie de coller des baffes au papa. Et oui, un livre ça provoque des sensations étranges parfois…

Pourtant en crèche, j’observais que les enfants, bébés comme moyens ou grands, accrochaient à chaque fois, et les réclamaient souvent.

Après tout, le texte est simple, rapide à lire, l’album est cartonné et son petit format en fait un premier livre idéal, à mettre à disposition en collectivité ou à la maison. Les couleurs sont vives et contrastées. Pas étonnant que les enfants accrochent!

Lorsque j’ai accouché du Lutin et qu’on a du passer quelques temps à l’hôpital, j’ai trouvé ce coffret qui se vendait à la cafétéria, un peu comme un doudou familier qui m’attendait.

Je l’ai donc acheté et j’ai commencé à lire « papa dort » au Lutin dès ses 15 jours. Devant ses grands yeux intéressés, j’ai continué régulièrement. Et il adore toujours autant.

Je pense qu’on en a pour un moment avec cette boîte!

Pour tout vous avouer, je n’ai pas changé d’avis par rapport à mes premières impressions. Mais bizarrement, je me suis habituée à ces illustrations imparfaites, si particulières d’Alain Le Saux. Et je prends même plaisir à lire ses albums.

Le gros point positif est la richesse du vocabulaire courant. Sans en avoir l’air au premier abord, ces livres sont presque des imagiers pour des actions du quotidien.

A mettre donc entre toutes les petites mains!

Mes Lectures

Coup de ❤️️: 2 Petites mains et 2 petits pieds

Aujourd’hui je vous parle de mon gros coup de coeur de l’année dernière: 2 Petites Mains et 2 Petits Pieds, publié chez Gallimard Jeunesse.

J’ai découvert cet album juste avant de tomber enceinte et je savais déjà qu’il trônerait dans la bibliothèque de mon Lutin bien avant qu’il soit présent dans ma vie!

D’ailleurs j’ai commencé à le lui lire lorsqu’il était dans mon ventre (oui je sais, c’est étrange…mais ça, je vous en parlerai dans un prochain billet!).

« 2 petites mains et 2 petits pieds », c’est l’histoire de bébés qui semblent très différents (par leur pays d’origine, par leur couleur de peau, leur milieu social ou encore leur état de santé) et qui sont pourtant tout à fait semblables (ils ont tous « 2 petites mains et 2 petits pieds »).

Les mots sont simples, le texte facile à lire et efficace. Un album à lire dès la naissance, à offrir aux parents et futurs parents, sans aucune modération.

Les petits aimeront:

• les illustrations très douces et réalistes à l’aquarelle d’Helen Oxenbury (dont je suis une fan absolue)

• la construction du texte, rythmé par la répétition de la phrase: « ces 2 bébés, tout le monde le sait, ont 2 petites mains et 2 petits pieds« , que les plus jeunes adoreront anticiper

• les rimes qui ponctuent les fins de phrases à la manière d’une poésie ou une comptine

Quand aux grands, ils aimeront la même chose mais également:

• la jolie leçon de tolérance, toute en finesse

• les frimousses craquantes des bébés des 4 coins du monde

• l’ouverture sur le monde extérieur

La totalité de l’album dans ce diaporama:

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Quelques mots sur les Auteures:

MEM FOX est une ancienne professeure de Littérature et écrivaine australienne née en 1946. Elle est célèbre pour avoir écrit une trentaine de livres pour enfants (dont Où es-tu coccinelle? A ton avis ?, Possum magic et Time for bed) mais aussi quelques fictions pour adultes. Elle est également l’auteure d’un livre que je dois me procurer rapidement « Reading Magic – why reading aloud to our children will change their lives forever » (que l’on pourrait traduire par « pourquoi lire à haute voix à nos enfants changera leur vie pour toujours« )

La plupart de ses ouvrages ne sont malheureusement pas traduits en français.

HELEN OXENBURY est une illustratrice anglaise née en 1938 et publiée depuis 1968. Elle est la créatrice des célèbres Léo et Popi dans les annees 80. Vous pouvez la retrouver dans La Chasse à l’Ours, Le Roi Jules et les Dragons, Très Très fort, Le Canard Fermier, et bien d’autres encore.

Bla bla

Ce blog, comment ça marche?

Ça fait assez longtemps que je voulais créer ce blog pour parler des livres dédiés aux plus jeunes.

Mais pourquoi ce blog?

En travaillant en crèche depuis plusieurs années, j’ai croisé pas mal de livres (plus ou moins bons, plus ou moins jolis) et j’ai pu suivre plusieurs formations sur la lecture aux tout-petits.

J’ai pu voir les effets, toujours positifs, des livres sur des frimousses parfois très jeunes.

Que ce soit pour entrer en contact avec un enfant, l’aider à travailler une question qui le préoccupe, ou simplement lui transmettre le plaisir de la lecture, les livres sont des outils formidables.

Encore faut-il en avoir conscience et savoir les choisir…

Pour chaque livre dont je parlerai ici, je vous donnerai mon avis, qui ne sera ni infaillible ni extraordinaire, mais qui sera toujours argumenté simplement et sincèrement.

Je vous montrerai à chaque fois le livre en entier, page après page en diaporama:

– parceque tout le monde ne peut pas (ou ne veut pas) se déplacer en librairie ou en bibliothèque

– parceque le catalogue petite enfance est de plus en plus fourni d’albums très commerciaux mais pas forcément de bonne qualité

– parceque choisir un livre n’est pas toujours facile

– parceque parfois, le titre et la couverture du livre n’ont rien à voir avec son contenu

– parcequ’il est important que le lecteur soit à l’aise avec le texte et les images (je vous parlerai d’ailleurs de mes mauvaises surprises dans « ma Blacklist »…)

– parceque, même si on aime les jolies librairies à l’ancienne et qu’on veut aider le gentil libraire, les prix sur internet sont parfois plus attractifs

– et surtout parceque je crois qu’il est important qu’on sache exactement ce qu’on achète.


Et puis, je partagerai avec vous mes illustrations personnelles, qui je l’espère, feront partie un jour d’un vrai livre.

Je suis sûre que vous me donnerez un avis sincère pour que je puisse avancer dans mon projet.